Category ArchiveScience et technologie

Le traitement automatique du langage naturel et l’intelligence artificielle

Le Traitement Automatique du Langage Naturel (TALP ou NLP, Natural Language Processing) est une sous-branche de l’intelligence artificielle (AI). C’est un domaine pluridisciplinaire qui combine des technologies du Machine Learning et de la linguistique computationnelle. Le cabinet américain Tractica prévoit que le marché du NLP dépassera les 22 milliards de dollars en 2025.

Le NLP : premier champ d’application de l’AI

En principe, le Traitement Automatique du Langage Naturel permet dans un premier temps d’analyser des données textuelles de manière informatique. Ces données sont ensuite converties en un flux de données logiques pouvant être exploitées par un outil de calcul.

L’histoire du NLP débute dans les années 50 avec l’expérience Georgetown-IBM qui a permis de traduire automatiquement plus de 60 phrases russe en anglais. Le Traitement Automatique du Langage Naturel a connu un grand essor avec l’introduction de nouveaux algorithmes de l’apprentissage machine et du Deep Learning.

Les applications du NLP

Le NLP a de nombreuses applications dans les milieux scientifiques, académiques et industriels. A titre d’exemple, l’exploitation des données textuelles permet de mieux comprendre les langues, leurs variations, et leur évolution. Le NLP sert également pour affiner les recherches dans certains domaines académiques comme l’histoire ou la sociolinguistique. Dans le secteur médical, il contribue à la réalisation de diagnostics précoces et assure un meilleur suivi sur la base de critères linguistiques.

La traduction automatique, la correction d’orthographe, et la génération automatique de textes sont aussi des applications intéressantes de l’intelligence artificielle et du NLP. Les entreprises utilisent le NLP pour créer des chatbots (robots logiciels ou agents conversationnels) assurant des conversations automatisées avec les clients. Certains chatbots peuvent même exploiter la reconnaissance vocale pour mieux communiquer avec les utilisateurs (Google Assistant, Siri, Cortana…etc.).

Intelligence artificielle et informatique affective

L’essor du Traitement Automatique du Langage Naturel a favorisé l’émergence d’une nouvelle discipline dans les sciences de l’information : l’informatique affective. Il s’agit d’une branche multidisciplinaire qui utilise les technologies de l’informatique et de l’intelligence artificielle, ainsi que les sciences cognitives. Elle a pour objectif d’étudier et de développer de nouveaux systèmes pour analyser, interpréter et simuler des émotions humaines.

Alors que le NLP permet d’interpréter et de traiter le langage naturel, l’informatique affective se charge de décrypter les sentiments qui y sont associés. Pour ce faire, elle fait appel à des algorithmes spécifiques du Deep Learning permettant d’analyser la structure et le sens des phrases utilisées.  Elle peut même détecter la vitesse avec laquelle vous saisissez un texte pour déterminer vos émotions.

Conclusion

Les usages de l’intelligence artificielle ne sont pas encore complètement explorés. L’avènement de nouveaux algorithmes et processeurs du Machine Learning laissent penser que le NLP a encore de beaux jours devant lui !

Les montres en bois ou la consommation responsable

On ne le dira jamais assez, notre planète est menacée et toutes les actions sont les bienvenues. De la douche au sac pour les courses en passant par les tris sélectifs, les actions ne manquent pas. Mais l’une des  plus innovantes nous vient sans aucun doute de We Wood qui a inventé la montre en bois.

Oui, vous n’avez pas mal entendu !

Les montres WE Wood sont intégralement faites en bois du cadran au fond. Bien entendu, le système de l’horloge respecte les procédures habituelles mais l’initiative mérite le détour. Car la montre en bois est la première du genre. Les constructeurs nous avait plutôt habitué à voir des montres avec des cadres ou des fonds en bois par exemple. Mais sur la montre en bois : les bracelets sont en bois, le cadre est en bois, le fond est en bois ainsi que les aiguilles. Et il faut bien le dire, chaque modèle de la collection sera du plus bel effet sur votre poignet. La montre en bois est facile à porter et très légère malgré le matériau de fabrication.  Elle existe en deux versions : analogique et digitale et se décline en  Elle est hypoallergénique et ne contient aucun élément toxique. La  montre en bois est disponible en plusieurs coloris tous naturel issus de la teinte des espèces utilisées. Mais bien sûr, la question qui vous vient sûrement est la suivante : est ce si écologique que cela ?

Oui, avec la montre en bois vous consommez en protégeant l’environnement

Vu de plus près, il serait légitime de se demander quel est l’impact sur la forêt de la montre en bois. Car n’oublions pas que ce sont des arbres qui sont abattus pour la fabriquer. Mais là aussi, We Wood a une solution. La société vous propose de financer grâce à l’achat d’une montre la plantation d’un arbre. Elle s’associe pour réaliser cette action à American Forest, un organisme déjà reconnu dans le domaine de la plantation des arbres.  La montre en bois représente donc pour vous un moyen de contribuer à la protection de la nature tout en restant tendance. C’est vraiment l’image de la mode qui se met au service de l’environnement. Mais peut-elle faire tâche d’huile ?

La montre en bois : initiative durable ou pas ?

Vous l’aurez bien compris ;  la beauté et l’utilité de la montre en bois ont un prix. Comptez  entre 90€ et 120€ en moyenne contre 60€ maximum pour une montre normale. Bien entendu, un tel produit ne peut pas être comparé à n’importe quelle montre. Mais son prix ne permet pas non plus à tout le monde de se l’offrir. Ce qui pose la question légitime de savoir si les revenus seront suffisants pour combler le vide forestier créé par la production tout en créant un surplus de population d’arbres. A ce niveau rien n’est moins sûr car le public ne s’est pas encore approprié la montre en bois. Un petit tour sur la toile permet de s’en rendre compte car il existe peu de revendeurs et encore moins de forums sur la question. Peut être que la jeunesse du concept peut être également évoquée pour expliquer cette situation.

La montre en bois, encore méconnue

Certes, la montre en bois est encore jeune. Je dois reconnaître que je n’ai découvert ce concept qu’à l’occasion de cet article et sûrement que vous serez nombreux dans ce cas. Cependant, la force des réseaux sociaux et des nouvelles technologies peut rapidement démocratiser une innovation. Et si jusqu’à présent la  montre en bois ne connaît pas le succès qu’elle mérite, il faudrait chercher du côté de la perception qu’a le public du bois. Ce dernier est quand même plus associé à la construction de maisons pour sa robustesse et sa solidité. Et le consommateur peut à juste titre percevoir la montre en bois comme un objet rustique et encombrant. Alors qu’il n’en est rien en réalité mais comme on le dit « les préjugés ont la vie dure ». Il appartient donc à We Wood de changer l’image du bois auprès du public pour être sûr de vulgariser la montre en bois. Car elle est la promesse d’un bel avenir.

La montre en bois, de belles choses en perspective

Car si la montre en bois se démocratise, elle peut certainement entraîner d’autres marques à se lancer mais aussi d’autres innovations du type. Elle est quand même un bel exemple de rencontre entre l’homme et la nature. Et ce sont ces types d’initiatives qui pourront permettre d’insuffler à chacun la nécessité du comportement responsable.

Il ne nous reste qu’à souhaiter bon vent à la montre en bois. Elle est une initiative pleine de rêves et de promesses à laquelle nous serons très attentifs même si nous ne pouvons pas encore nous l’offrir.

Mais cela ne saurait tarder !

La nouvelle orientation vers les énergies renouvelables

La biomasse végétale est produite suite à la photosynthèse, 5 % de cette biomasse est sous forme d’énergie solaire incidente convertie en biomasse. Cette biomasse végétale provient soit des forêts ou les milieux aquatiques avec une quantité de 10 000 g par mètre carré dans les forêts et 5 g par mètre carré dans un lac.

La biomasse végétale, sa conception et son exploitation :

Pour les sources terrestres, la durée de renouvellement de la biomasse végétale est de l’ordre de 5 à 20 ans, alors que pour les sources aquatiques c’est à l’ordre de quelques jours. L’énergie qui provient de la biomasse végétale est à peu près 19 KJ/g, celle-ci est moins riche que la biomasse animale qui contient la matière grasse et qui produit une énergie d’une moyenne de 23 KJ/g.

La biomasse végétale de source aquatique :

Les milieux aqueux, les lacs, les rivières et les océans, sont riches en plantes et de biomasse d’une très grande rentabilité et d’une durée de renouvellement très courte par rapport à la biomasse végétale terrestre, les algues marines sont des sources directes des hydrocarbures,  mais la récolte de ses plantes présente pourtant des contraintes.